quinta-feira, 8 de fevereiro de 2018

Em regardant pour ma fenetre um jour de plue...


C’est la dance
Des voitures.
Elles vont e vienent,
Sur le betume noir.
Du matin au soir,
Elles marchen determinés,
Portent-elles des mesieurs e des madames,
Pour leurs affaires, tout serieux.
Por la douce coline,
Lavé pour la fine plue,
Que je vois atravers ma fenetre,
Elles, las voitures, quitem de plus sur l’asphalte humide
Une marque éphémere,
Fugace, come l’existente...
nov. 2017

Nenhum comentário: